Aside

Épreuve pratique du permis de conduire plus difficile.

Accueil > Articles > Épreuve pratique du permis de conduire plus difficile.

Épreuve pratique du permis de conduire plus difficile.

Alors que la réforme du permis de conduire, visant à le rendre « moins long, moins cher et surtout plus sûr », date d’à peine un an, de nouvelles modifications dans l’obtention du papier rose sont peut-être à prévoir. Les professionnels le jugent en effet parfois trop facile à avoir, et c’est au niveau de l’épreuve pratique que de nouvelles difficultés devraient être créées : en ligne de mire, le zéro éliminatoire.

Depuis la réforme.

Comme le rappelle Christian Grollier, responsable du SNICA-FO (le Syndicat National Force Ouvrière des inspecteurs, cadres et administratifs du permis de conduire et de la sécurité routière), bien que le pouvoir politique ait voulu augmenter les taux de réussite au permis de conduire avec la réforme mise en place l’année dernière, il ne faut pas que cela se fasse au détriment de la sécurité sur les routes. Si aujourd’hui, le taux de réussite à l’examen final est passé de 52% à 65%, ce chiffre pourrait à nouveau descendre dans les mois à venir. En effet, le syndicat des inspecteurs juge que le système de notation est parfois trop laxiste, et il demande que la façon de noter l’épreuve pratique soit modifiée. En toute discrétion, les services de l'État viennent donc de se mettre au travail, et une nouvelle grille d’évaluation est en cours d’élaboration.

Le zéro éliminatoire.

Les intentions des inspecteurs sont claires : ils veulent mettre en place un zéro éliminatoire. Si à l’heure actuelle, un candidat à l’épreuve du permis de conduire ne peut être recalé que pour deux raisons (s’il obtient moins de 20 points ou s’il commet une faute éliminatoire durant sa conduite), ces derniers voudraient qu’un zéro à une épreuve clef soit un motif d’ajournement, pour « compétences non acquises ». En effet, il est aujourd’hui tout à fait possible d’avoir des zéros dans sa grille de notation, mais de quand même valider son épreuve de conduite et d’obtenir son permis. Certaines catégories, pourtant importantes, comme « Adapter son allure aux circonstances » ou même « Maintenir les distances de sécurité », ne sont, par exemple, pas éliminatoires si le candidat réussit à avoir de bonnes évaluations dans les autres catégories. Ce qui parait être, aux yeux des professionnels, une aberration. Christophe Nauwelaers, responsable de l’UNSA-Sécurité Routière, juge qu’avec ce type d’examen, il existe des personnes qui obtiennent légalement le droit de rouler sur les routes alors qu’elles n’ont pas le niveau.

Une réflexion nécessaire.

Dans les jours qui viennent (le 15 mars 2011), l’administration devrait statuer sur cette possible nouvelle réforme. Des tests de cette nouvelle grille d’évaluation plus stricte ont en effet été réalisés dans plusieurs auto-écoles, et les résultats donneront des exemples concrets sur lesquels s’appuyer. Ce nouveau système de notation pourrait alors s’appliquer sur l’ensemble du territoire. Cependant, l’administration pourrait aussi faire preuve d’empathie envers les candidats à l’épreuve du permis de conduire : déjà considéré comme un examen stressant, le spectre du zéro éliminatoire pourrait être la goutte d’eau de trop pour des jeunes qui ne verraient plus cette épreuve que comme un challenge terrorisant.

0/10 (0 vote(s))

Il y a 0 commentaire(s).

   Noter l'article   

Note : 


   Publier un commentaire   






Code de sécurité :  Code de sécurité