Aside

Augmentation des flashs des radars automatiques.

Accueil > Articles > Augmentation des flashs des radars automatiques.

Il semble que les automobilistes aient repris goût à appuyer sur la pédale d’accélération. C’est que les radars automatisés ne chôment pas : les messages d’infraction ont enregistré une augmentation significative de 14,3 % entre janvier et août dernier, soit 13,81 millions de messages. Une donnée inquiétante quand on sait qu’à la même période en 2011, les messages atteignaient les 12,09 millions. C’est cet été que le record historique a été atteint : 100 000 messages d’infraction en une seule journée ! De quoi en alerter plus d’un ! On sait pourtant que les radars sont en place depuis 2003, une ancienneté suffisante pour instaurer les bonnes habitudes.

Tandis que les autoroutes génèrent une grande quantité de procès-verbaux, les petites routes abritent de plus humbles appareils avec des rendements différents selon l’emplacement du radar. On enregistre une hausse moyenne par radar de 4,7 %.

Suppression des panneaux annonçant la présence d'un radar.

Radar pédagogique.

Cette négligence des automobilistes a été encouragée par la décision prise l’an dernier par le ministre de l’Intérieur alors en fonction de remplacer les panneaux annonciateurs de radars par des appareils pédagogiques. Toutefois, le fait que bon nombre de panneaux soient toujours en place témoigne de la lenteur du projet. Il s’avère que les automobilistes ont tendance à davantage se faire flasher lorsque le radar est annoncé par un appareil pédagogique, cela représente même une croissance de 15 %. Selon l’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions, les usagers n’ont toujours pas compris le rôle des appareils pédagogiques. Cela est dû au fait que certains sont parfois implantés sans radar sur les routes, créant dans l’esprit des automobilistes une certaine confusion.

L’assouplissement du permis à points voté en février 2011 par le Parlement pourrait être une autre raison de ces excès de vitesse, cette mesure autorisant une récupération plus rapide des points (deux ans sont désormais nécessaires pour reconstituer son capital de points et non plus 3 ans, hormis bien sûr les infractions de 4e et de 5e classe ainsi que les délits). Quant au délai prévu pour récupérer le point perdu, il n’est plus d’un an mais de 6 mois. Autant d’arguments pouvant expliquer cette baisse de vigilance de la part des automobilistes.

La mortalité routière en baisse.

Selon le ministère de l’Intérieur, l’augmentation des messages d’infraction est une conséquence inévitable de la mise en place massive de radars. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet, qualifie même cette hausse de « mécanique », soulignant l’efficacité optimale d’un déploiement plus large de radars. Ces derniers atteignaient au 15 septembre le nombre de 3 883. Près de 4 250 radars feux rouges seront en action au terme du programme d’installation fin 2013.

Mais si les messages d’infraction ont bel et bien augmenté, ce n’est pas le cas du nombre de tués sur la route, qui a même baissé de 8,3 % par rapport à 2011. Les accidents mortels ne sont donc pas seulement liés aux excès de vitesse.

Il reste qu'augmentation des messages d’infraction ne rime pas nécessairement avec hausse des procès-verbaux. En effet, l’illisibilité de certains clichés représente encore un problème majeur malgré une technologie de plus en plus avancée.

Cet accroissement engendre une augmentation des recettes des radars automatiques, qui devraient se situer entre 675 et 700 millions d’euros cette année. Et les automobilistes étrangers n’y échappent pas : l’entrée en vigueur d’un accord bilatéral invite les Belges à recevoir leur procès-verbal à domicile, à l’image de leurs voisins suisses et luxembourgeois.

Les radars tronçons se déploient.

Depuis juin 2012, des appareils sont mis en place pour calculer la vitesse moyenne des voitures entre deux points de passage séparés par une tranche choisie de plusieurs kilomètres : il s’agit des « radars tronçons ». Une quarantaine de dispositifs sont prévus fin 2012. Il s’agit de mesurer le respect de la réglementation routière en prévenant le comportement frauduleux de certains conducteurs qui trompent les radars en freinant à leur approche et en ré-accélérant par la suite.

La nouveauté des « radars tronçons », lesquels sont également annoncés par des radars pédagogiques, réside dans le fait qu’ils ne flashent pas mais fonctionnent grâce à un système infrarouge. Sont particulièrement visés les tronçons de route où les risques d’accidents pour cause d’excès de vitesse sont plus élevés. Il s’agit notamment des traversées de tunnel, des rétrécissements de voie ou des virages continus.

0/10 (0 vote(s))

Il y a 0 commentaire(s).

   Noter l'article   

Note : 


   Publier un commentaire   






Code de sécurité :  Code de sécurité