Aside

Le délai pour obtenir son permis de conduire est beaucoup trop long.

Accueil > Articles > Le délai pour obtenir son permis de conduire est beaucoup trop long.

Tout le monde s'accorde à dire que le délai d'obtention d'un permis de conduire est beaucoup trop long. Le temps d'attente pour passer l'épreuve pratique est, en effet, exaspérant : il faut parfois attendre plusieurs mois avant de pouvoir s'y présenter. Et, en cas d'échec, le délai entre deux passages peut grimper jusqu'à six mois selon les départements. Si l'on vit en Essonne, par exemple, département où les temps d'attente sont les plus importants, il faut s'armer de patience et attendre en moyenne 25 semaines. Et tout cela sans parler du coût exorbitant des leçons de conduite, le prix d'une heure de cours pouvant aller jusqu'à 44 euros, c'est le cas dans la capitale.

Les raisons d'un tel engorgement.

Obtenir le permis est trop long.

Ces délais interminables s'expliquent, en partie, par le manque grandissant d'inspecteurs dont les rangs n'ont pas été renforcés depuis 2002. Christian Grolier, secrétaire général du principal syndicat des inspecteurs, le SNICA-FO, estime qu'il manque 150 à 300 postes. De plus, les inspecteurs se voient confier de nouvelles tâches, telles que la prévention routière ou du travail administratif, ce qui limite encore plus le temps qu'ils peuvent consacrer aux sessions d'examens.

Mais la directive européenne qui a rallongé la durée de l'épreuve pratique de 13 minutes n'a pas non plus arrangé les choses puisqu'un inspecteur ne peut plus faire passer que 12 candidats par jour, au lieu de 20. Le mode d'attribution des places d'examen a de plus changé : il se base désormais sur le nombre de candidats ayant leur code en poche et non sur le nombre total d'inscrits, les postulants ayant connu un premier échec sont donc laissés pour compte. Ils sont pourtant de plus en plus nombreux puisque seul un candidat sur deux obtient son permis de conduire dès la première tentative.

La fin du monopole d’État ?

L'idée de mettre fin au monopole d’État se fait entendre. Une proposition de loi a d'ailleurs été déposée en 2006 par Jean-Paul Garraud, député UMP, pour privatiser le permis de conduire. L'examen serait confié par une délégation du service public à des organismes privés, tout en restant sous le contrôle des inspecteurs.

Le gouvernement aurait, du reste, décidé de s'attaquer au problème puisqu'il aurait entrepris d'enquêter auprès des auto-écoles de huit départements dans un premier temps. Ainsi, le Gard, le Lot-et-Garonne, le Rhône, la Seine-et-Marne, l'Indre, la Seine-Saint-Denis, l'Yonne et l'Essonne seraient les départements testés afin d'évaluer au plus près les délais d'obtention du permis de conduire et de comprendre les raisons d'un tel engorgement.

Philippe Colombani, président de l'UNIC (un syndicat d'auto-école) estime, quant à lui, que, sans une refonte totale du système, le permis de conduire français court à la catastrophe.

0/10 (0 vote(s))

Il y a 0 commentaire(s).

   Noter l'article   

Note : 


   Publier un commentaire   






Code de sécurité :  Code de sécurité